Editorial 

Juin 2017.

 

Nous voilà arrivés en fin de parcours pour notre année 2016-2017. « Que fleurisse la joie » a été notre fil rouge durant cette période.

J’espère de tout cœur que ce titre a pu vous inspirer et provoquer de belles réunions entre vous.

Comme à chaque fin de « saison », nous tirons tous des bilans. Cela ne m’attire pas du tout de tirer un « bilan ».

Néanmoins, je constate que nos membres ne cessent de diminuer dans notre diocèse. Il est vrai que plusieurs facteurs interviennent dans cette diminution.

L’âge aidant, nous avons parfois quelques difficultés à nous déplacer, difficultés de trouver un animateur ou une animatrice, un endroit de réunion.

Vu que je suis un peu responsable de notre listing diocésain, je constate que malheureusement les « grandes villes » ont énormément de complications pour que notre mouvement de Vie Montante s’implante y trouve une petite place.

Pourtant je reste convaincu qu’il est possible d’y trouver notre chemin dans ces « grandes villes ».

Citons quelques petits exemples : Mons, Charleroi, Tournai. Est-ce dû à la concentration urbaine ?

Lors d’une visite auprès du doyen principal de Charleroi, l’Abbé Luc Lysy, nous avons constaté qu’effectivement le centre-ville n’est quasi plus habité ou alors par des personnes uniquement de passage.

Malgré cela, je sais que quelques personnes ne restent pas insensibles à notre mouvement de Vie Montante et qu’une demande latente y est bien présente.

Je suppose donc que le phénomène est le même dans les autres grandes villes.

Ne baissons pas les bras, prenons notre bâton de pèlerin et essayons de remédier à cette demande latente qui ne demande qu’à éclater au grand jour.

N’ayons pas peur de déposer quelques revues Sérénité, le livret « Que fleurisse la joie » (j’en possède quelques exemplaires à cet effet !), des bulletins diocésains (voir notre gentille secrétaire Marie-Louise). Montrons-nous !

Malgré le nombre de groupes en légères diminution, certaines régions vivent une nouvelle expérience avec Vie Montante. De fait, la ville d’Erquelinnes a eu la joie d’éclore un nouveau groupe sous la houlette d’une nouvelle animatrice.

Donc suite à cet exemple : oui, il est possible de naître ou de renaître pour Vie Montante.

Je terminerai par vous souhaiter un agréable été et espère vous revoir ou faire votre connaissance à la rentrée le 28 août 2017 lors de la présentation de notre nouveau livret « Laudato Si Cette terre qui nous est confiée ».

Bien à vous toutes et tous.

 

Luc Vandeloise.


Agenda :

 

Présentation de notre nouveau livret « Laudato Si Cette terre qui nous est confiée » le 28 août 2017 à Namur, 10, Rue Ernotte, derrière la gare, chez les petites sœurs des pauvres, On donne les brochures pendant ou après cette réunion

 

Récollection de la régionale de Charleroi à Ransart, le mardi 26 septembre 2017. Adresse : Le Pré à la hutte 53, Rue Paul Pastur 6043 Ransart (derrière l’école libre Sainte Marie) Orateur : José Vandeputte

 

 

Récollection de Mesvin :  le jeudi 5 octobre 2017. Les tarifs augmentent mais on garde les prix de l’an dernier. Repas : 20€, Pic- Nic : 9€.  Adresse : 457, Chaussée de Maubeuge, 7024 CIPLY Téléphone : 065 35 15 02 

 Orateur : Sébastien Falque.

 

Fête des retraités à Bruxelles : le jeudi 26 octobre 2017.

 

Conseil de Vie Montante : le Jeudi 16 novembre 2017 à 14h.30 à Baudour.

 

BTT12


ECHOS DE NOS GROUPES

Ceci est une nouvelle rubrique qui s’adresse à tous les secteurs / groupes de Vie Montante du diocèse de Tournai. Vos informations seront envoyées   avant   le 1er septembre, le 1er décembre, le1er mars ou le 1er juin, à :    

Marie-Louise THOMAS   rue Chet, 176 à 6061 Montignies-sur-Sambre

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél 071/309170                                                            BTT11

 

Région Centre Soignies

Des nouvelles de nos malades

Notre conseiller spirituel Omer Philippe est en convalescence chez lui. Il ne sort plus beaucoup et de l'avis des infirmières si sa présence n'est pas indispensable, il ne vient pas aux réunions.

Jean Claude Mahieux était hospitalisé au moment de la réunion. Il a donné sa démission au responsable diocésain mais renseignement pris le groupe de Casteau se réunit encore. Bonne nouvelle pour le mouvement.

Le mot de notre conseiller spirituel

Lors de l'invitation à José je lui ai demandé 2 sujets de réflexion.

Il a choisi le récit de la Samaritaine. Plusieurs fois le verbe «donner » est cité dans le texte.

A la fin du feuillet ; une question à réfléchir

« Quels sont les moments, les gestes, les attitudes de ma vie dans  lesquels je puis me reconnaître déjà porteur, porteuse d'eau vive pour mes frères et sœurs humains, visage de Dieu »

 

Tour de Table

Le groupe de Houdeng sous l'animation de Nelly et Raoul fonctionne très bien. Ils ont eu 2 décès mais deux nouveaux membres sont arrivés.

A Soignies, vu l'état de santé de Omer Philippe et de Madame Fusillier l’équipe ne se réunit plus

Le groupe de Braine le Comte au nombre de 6 participants ont choisi pour thème de réunion soit la liturgie du dimanche, soit la revue Belgo Suisse « Que fleurisse la joie »

Casteau, malgré le départ de l'animateur Jean Claude le groupe se réunit.

A La Croyère avec l'animateur André Vandenabeel le groupe est bien animé. Peu de difficultés

Il est vrai que le groupe a été bien formé en la personne Emilienne Cornet décédée d'une pénible maladie

Nous avons perdu le groupe de Seneffe. Personne ne voulait reprendre l'animation.

Le groupe de Binche, 6 participants ont versé leur cotisation mais lors de la réunion du mois d'avril, nous n’étions que 3 membres. Aussi une proposition faite au sein du groupe, pourquoi pas rejoindre un autre groupe proche de Binche soit Solre sur Sambre, soit Houdeng ? Sujet à débattre pour le mois de juin en vue de de la rentrée du mois de septembre, année 2017-2018

Prochaine réunion des groupes Centre Soignies le 11 septembre 2017 à Braine le Comte 14h30

 

André Desmoutier

 

BINCHE

J'ai lu attentivement ce rapport de Vie Montante. Bravo, c'est bien fait

Beaucoup de membres de l'équipe diocésaine.

J'ai des choses simples à dire, chers membres de Vie Montante, en tant qu'ancienne responsable diocésaine. 

Il s'agit de l'avenir de Vie Montante. Ce que je vais dire c’est juste un souci pour l'avenir de Vie Montante côté francophone. Le dire, sûrement.  Agir oui, mais comment ?  

Notre groupe à Binche se rétrécit d'année en année. L'Eglise, plus particulièrement notre doyenné est tout prêt à nous aider, à faire savoir que notre groupe fait partie de la nouvelle catéchèse diocésaine et est donc soutenu par le diocèse.  Concrètement, nous pouvons, comme à Bruxelles, organiser un dimanche festif avec une célébration eucharistique bien préparée. Beaucoup de personnes dans les groupes ne savent pas se déplacer ...Dans notre groupe il y deux personnes dont je fais partie pour tout organiser. Je pense qu'il faut le dire :  Est-ce suffisant ? Allons-nous avoir "des gens " de l’extérieur ? 

Vie Montante à Soignies a fermé. Binche va suivre ?  Je suis heureuse de constater que Vie Montante à Erquelinnes reprend.

Faut-il ouvrir Vie Montante à tous et toutes, sans limites d’âge ? Ici à Binche le groupe Vie Montante est taxé comme un groupe pour les vieux. Et qui veut être vieux ? 

Il y a de nombreuses maisons pour personnes âgées et Vie Montante peine pour y entrer car il y a des visiteurs de malades, des équipes qui organisent une messe ou une animation pastorale par semaine, des amis qui portent la communion...les gens d'Eglise se bousculent pour y entrer.

Nous sommes dans le temps pascal. Avec Notre Dame nous veillons et voulons ouvrir les oreilles de notre cœur pour écouter ce que l'Esprit nous dit. 

Peut-être que notre conseiller responsable épiscopal de la pastorale de santé, dont Vie Montante fait partie, a quelque chose à nous dire ?

Bon temps pascal et bien à vous,

 

Magda Van Derheyden         BTT10

 

Quaregnon

RESPONSABILITE   CULPABILITE

Les critiques apportent généralement la possibilité de progresser à condition de les prendre en vue d’une meilleure connaissance de soi sans se braquer ni en étant trop susceptibles. La critique ne doit pas porter sur une personne inconditionnellement mais sur une situation conditionnelle.

Ex 1. Mr X est un mauvais enseignant ; tout le monde le dit ! négatif

Ex 2. Dommage que Mr X donne tant de séries identiques comme devoir ; ce serait formidable s’il donnait moins d’exercices mais qui exigent plus de réflexion ! Positif. Voir la critique non comme un jugement sans fondement mais comme une nette possibilité d’amélioration. Se remettre en question est la clé de la réussite pour avancer positivement. Ne nous culpabilisons pas trop longtemps d’avoir mal agi ou d’avoir laissé mal agir mais soyons capables de prendre des responsabilités pour changer des choses qui ne vont pas bien en proposant des pistes et des moyens.

RESPONSABILITE (vécue relativement au fait de vie imaginé dans la revue précédente) :

 -le directeur qui a entendu ses enseignants les comprend et veille à assurer une meilleure discrétion professionnelle et à mieux prévoir l’organisation du travail au secrétariat en vue de le faciliter et d’en réduire la durée

Résultat : reconnaissance, respect, compréhension, confiance, meilleure collaboration. 

CULPABILITE ressentie possible (idem)

- le directeur ne veut rien entendre et n’accepte  aucun changement proposé, aucune remise en question et exprime même une forme de reproche aux enseignants  qui ont tenté d’apporter un changement que ceux-ci pensaient indispensables pour le bien de l’école.

 Résultat : perte de confiance, de collaboration, sentiment d’incompréhension, déception et aucune avancée ; la culpabilité reconnue ou non l’emporte sur la responsabilité !

Saint Augustin disait : « Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Se tromper est humain. Persévérer dans l’erreur est diabolique. Dire ce qui ne va pas, c’est bien et ne cause aucun tort à qui que ce soit. Quelle audace que de proposer une petite modification en vue d’amélioration ! Réaliser cette modification réfléchie et acceptée, c’est travailler à la Vigne du Seigneur !  Puisse l’Evangile nous encourager à protester en faveur de ce qui libère des préjugés, des idéologies closes sur elles-mêmes, nous libérer de nos peurs, de nos hésitations, de la honte d’être soi et qu’il libère les initiatives, la créativité, le pardon, la confiance, autrement dit ce qui nous permet d’aimer plus et mieux.

Lucette Ghislain   

BTT09

Groupe de Quaregnon

  1. Messe avec Onction des Malades

Le jeudi 15 juin à 15H dans l’église Sainte Vierge (Place de Wasmuël 99 à 7390 Quaregnon)

Organisé par la PAROISSE en collaboration avec VIE MONTANTE qui offrira un verre d’Amitié à la fin de la célébration.

Renseignements : 065 785144      BTT08

  1. Voyage-Détente

Le JEUDI 27 juillet 2017 vers la France COTE D’OPALE Cap Gris Nez et Cap Blanc Nez Village St Joseph (vie et métiers d’autrefois) à GUINES Cité balnéaire de WISSANT

Prix : 27 euros. Renseignements : 065 785144  

Organisé par VIE MONTANTE en collaboration avec la PAROISSE.

BTT07

 

  1. Décès.

Les membres de V.M. de Quaregnon-Wasmuel ont la tristesse de vous faire part du décès d’Antonia NAPOLETANO âgée de 68 ans qui assurait bien souvent l’animation spirituelle durant nos réunions. Antonia fut, avec 3 autres personnes, à la base de la création de notre groupe V.M. actuel. Merci pour ta collaboration, Antonia.

 

 

Lucette Ghislain

 

Secteur d'Ath

Les responsables d'équipe du secteur d'Ath se sont réunis à Ellezelles chez Cécile et André Dhaeyer, le jeudi 2 mars 2017, pour préparer les activités régionales de l'année 2017.

  1. Prière : Cécile avait choisi un chant pour la mise en route « Père unit nous tous ». Ensuite nous avons lu « La prière parapluie » tirée du livret : « Que fleurisse la joie ». Nous avons confié au Seigneur les absents et tous ceux qui dans nos équipes ont des problèmes de santé. 

 

 

 BTT06

 

 

 

  1. Parole de Dieu    Le passage d’Evangile prévu pour ce jour a été partagé (Luc 9, 22-25)
  1. Evocation des activités régionales de 2016

3.1 La dernière récollection a eu lieu le samedi 21 mai 2016. M l’abbé Rino Endrizi avait pris pour thème la miséricorde de Dieu.  Nous étions 28.

3.2 L’excursion régionale a eu lieu le lundi 17 octobre 2016. Nous sommes allés à Soignies pour visiter la Collégiale et le musée du Chapitre.  Ensuite nous avons célébré l’Eucharistie et fini notre escapade dans un bistro de la place.  Les participants ont utilisé leur voiture pour se rendre sur place.  L’équipe d’Ellezelles, faute de personnes en mesure de les emmener n’a pas pu se joindre au groupe. Nous étions 20. 

  1. La prochaine récollection : samedi 13 mai 2017, à Villers-Notre-Dame

  La maison de Damas, où réside la communauté de l’Œuvre, étant occupée par un autre groupe à la date que nous avions initialement programmée c’est finalement le samedi 13 mai 2017 qu’elle nous accueillera dans ses installations si agréables.  M l’abbé Luc Depuydt qui habite Silly accepte d’en être le prédicateur. Il en a choisi le thème : « Un Dieu qui parle à l’homme ».

  1. Répartition des tâches

 Ath : Taphy gèrera la collecte : panier, écriteau, comptage. La collecte sera remise au prédicateur pour le défrayer.  Brigitte lira l’épitre.

  Chièvres : l’organisation, l’impression des badges nominatifs et du carnet par Eugène.  Yvette choisira les chants en collaboration avec Cécile d’Ellezelles.  Annie lira les intentions rédigées par Térèse.

 Ellezelles : Les chants seront choisis par Cécile Austrade en collaboration avec Yvette de Chièvres.  André Dhaeyer sollicitera le diacre François Moreau pour conduire la préparation pénitentielle.  C’est aussi André qui adressera le mot d’accueil aux participants en début de journée.

  Lens : Rédaction de la prière universelle et choix d’un répons approprié par Térèse.

  Chaque responsable d’équipe : se charge de rassembler les participations auprès de ses membres et remet l’ensemble à Eugène Massinon qui se charge des paiements et des comptes.

  Participation aux frais : Probablement comme l’année dernière c’est à dire : locaux et repas 20 €, frais d’organisation 3 €, total = 23 € par personne,

  1. La prochaine excursion : à Lessines, Musée Notre-Dame à la Rose en octobre. Eugène Massinon se charge de l’organiser. Le déplacement se fera en covoiturage.

  1. La cotisation

  Pas de problème particulier.  Merci aux quatre équipes pour leur collaboration en ce domaine.  C’est par notre volonté et grâces à la contribution de tous que La Vie Montante peut continuer à exister.

  

  1. Les adresses pour Sérénité

  Les listes qui reprennent les adresses d’expédition de Sérénité nous ont été fournies.  Toutes les erreurs ont été signalées à Luc Vandeloise qui est chargé de mettre à jour ces données pour le diocèse de Tournai.  Restez vigilants et signalez-moi tous les changements d’adresse et autres modifications aussi vite que possible.

  1. La vie et le recrutement au sein des équipes

  Le recrutement reste une tâche ardue dans toutes les équipes.  Lorsqu’un nouveau passe dans une équipe il n’y reste malheureusement que rarement.  Continuons à appeler et veillons à faire connaître La Vie Montante.

  1. Divers

 10.1     Livre Blanc.  Le diocèse a décidé de dresser un inventaire de tous les groupes et organismes qui collaborent à la diffusion de l’Evangile sur son territoire.  Les infos rassemblées seront publiées dans un livre blanc.  En conséquence chaque équipe Vie Montante est chargée de compléter une fiche qui sera transmise à M le Doyen Patrick Willocq, Parvis Notre-Dame de Tongre 1 à 7951 Tongre-Notre-Dame ou par Email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..  Des fiches vierges avec les instructions pour les compléter ont été remises à toutes les équipes.

10.2     La récollection diocésaine.  Elle aura lieu à Mesvin dans le courant d’octobre.

10.3     L’organigramme.  Il est sans doute utile de rappeler que notre président national, Robert Henckes, s’est retiré et qu’une dame, Sylviane Sbille Hancq, le remplace.  Voir Sérénité de janvier-février-mars.   M Henckes devient président d’honneur de La vie Montante.

10.4     Les comptes de la région d’Ath.  J’ai présenté les comptes de la région d’Ath.  Il y a 184.90 € dans la caisse. La récollection de 2016 s’est soldée par un boni de 24,72 € et l’excursion par un boni de 5,41 €.

  Soyons disponibles pour offrir au Seigneur d’habiter chez nous et demandons-lui de combler de ses grâces tous les membres de nos équipes.

 Eugène Massinon 

 Responsable secteur d’Ath.

 

Chièvres

Groupe Notre-Dame de la Fontaine : Notre rencontre de mars.

 Après la prière de la « Vie Montante » et l’échange de nouvelles des absents,  nous débattons sur le thème : POUR QUE FLEURISSE LA JOIE, une joie durable.

Mise en présence de Dieu : Chant : Soyons joyeux et prions sans cesse

1/ Regardons la vie : Qu’est-ce qui nous donne de la joie ?  L’amour, l’amitié que nous donnons et recevons. Les rencontres avec parents, amis ; nos rencontres de Vie Montante. L’attention qu’on nous porte, les visites qu’on reçoit et que l’on fait, la bonne entente, un sourire, une lettre ou carte reçue, un appel téléphonique. Un beau spectacle, le chant des oiseaux, un beau paysage. Les bons mots des enfants. Chanter, par ex. dans une chorale. Etre ensemble, se comprendre, s’entraider, partager. Nous élevons notre débat : Ce qui nous donne de la joie : notre foi, la prière, la présence de Dieu, la certitude d’avoir un ami, le Christ, ce qui permet de voir la vie plus gaiement, plus positivement, d’oublier les soucis, de retrouver la bonne humeur, d’aller vers l’autre, d’espérer, de connaître la vraie joie, une joie durable. Nous complétons notre regard par la lecture et échangeons nos réflexions : Le plaisir est éphémère, fugace, de l’ordre de la sensation. Le bonheur dure plus, est plus profond. Sa quête suppose choix, engagement. La joie est de l’ordre des sentiments, de l’émotion ; plus intense et profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur. On peut provoquer la joie par son comportement et la cultiver avec l’aide de Dieu.

2/ Pour mieux comprendre : Ecoutons la Parole de Dieu :  Matthieu 13, 44-46 L’homme dont parle cet évangile est plein d’une joie débordante car il a découvert un trésor dans un champ ; il le cache à nouveau, vend ce qu’il possède et achète le champ. De même, un marchand a découvert une perle de grande valeur, a vendu tout son avoir et a acheté la perle. Pouvons-nous faire un rapport entre cette Parole et nos réponses à la question : Qu’est-ce qui donne de la joie ? Notre joie est comparable à celle des 2 hommes qui ont trouvé un trésor ou une perle. Le trésor, c’est la découverte de la Foi, la présence de Dieu dans nos vies, le royaume des Cieux. Avons-nous connu des moments où quelque chose a transformé notre vie et nous a mis dans une immense joie ?  Des moments de méditation profonde ont abouti à une grande joie durant une récollection. Lors d’une rencontre du groupe de prières d’Ath durant laquelle on s’imposait les mains mutuellement : effusion de l’Esprit, immense joie. De quoi ou de qui pourrions-nous nous détacher pour acquérir la joie profonde ? Relativisons les choses matérielles. Tâchons qu’elles deviennent secondaires. Ex : en vacances, moins de confort, pas de télévision. A l’entrée en maison de repos, on se détache obligatoirement de choses matérielles. Ne pas cultiver le regret car il est destructeur. Avoir un esprit de détachement.

3/ Mettons-nous en marche, agissons :  Pour que fleurisse la joie, je décide :

De contribuer à apporter du bonheur, de la joie autour de moi, de chercher le côté positif des choses, des situations, d’essayer de me détacher de certains biens matériels durant le Carême, de donner plus volontiers, de partager (temps, douceurs, argent). Nous lisons : La joie de l’Evangile : La joie se transforme, mais reste toujours un rayon de lumière. La joie de l’Evangile remplit le cœur et la vie de ceux qui rencontrent Jésus.  Nous prions tous ensemble : « Seigneur, donne-moi un cœur joyeux et fort, toujours plus grand, toujours plus clair.  Donne à mes yeux de ta lumière... Pour t’annoncer… »

Nous prions dans un Pater et recevons la bénédiction. Notre rencontre se poursuit ensuite dans la convivialité et le partage.

Annie Claisse

Rencontre d’avril.

La réunion débute par une mise en présence de Dieu : la prière de la « Vie Montante ».

 Nous évoquons les absents, souffrants ou empêchés, du home qui nous reçoit et de l’extérieur. Nous prions pour eux avec N.-D. Nous invitons ensuite les membres de notre groupe à une des 2 messes de malades et personnes âgées (avec possibilité de recevoir l’onction), soit dans l’église de Chièvres, soit dans le home pour les résidents. 

BTT05

Nous parlons de la récollection du secteur d’Ath prévue le 13 mai à Villers-Notre-Dame sur le thème : « Un Dieu qui parle à l’homme ». Prédicateur : l’abbé Luc Depuydt.

Débat du jour : Thème :« DE LA JOIE PERSONNELLE … A LA JOIE PARTAGEE. »

Nouvelle mise en présence de Dieu par le chant : Soyons joyeux et prions sans cesse… Regardons la vie : Qu’est-ce que je fais de ma joie pour qu’elle soit contagieuse ?  Tour de table : La joie s’accroît si on la donne ; elle revient plus rayonnante. Je libère la source de joie qui est en moi. J’en parle, je la partage, j’ouvre mon cœur. J’essaie de retrouver la joie de vivre de l’enfance : spontanée, naturelle. Si on apprend une heureuse nouvelle, la transmettre. Avoir de nombreux contacts, sourire. Sursaut de bonheur si regard, appel, sourire. Savoir s’amuser parfois. En maison de repos, on se réunit pour fêter les anniversaires, on en ressort plus joyeux. Si nous sommes heureux, notre cœur s’ouvre aux autres ; nous désirons qu’ils s’épanouissent. La joie nous rend plus ouverts, plus courageux, plus tolérants, plus soucieux d’autrui.  Nous arrive-t-il d’être emporté « dans » la joie d’un autre ? Oui, par la joie communicative d’un enfant, d’une personne rayonnante de bonheur, par un fou-rire, par un jeune heureux de sa réussite aux examens, par l’annonce d’une naissance, d’un mariage, d’une guérison, d’une réconciliation… Lors de la messe chrismale, joie de voir ces 150 jeunes engagés dans l’initiation chrétienne et ce réfugié syrien qui a dit sa joie d’être si bien accueilli en Belgique. La joie est le fruit d’un amour altruiste : on se réjouit du bonheur de l’autre, on entre « dans sa joie ». Nous complétons notre regard par la lecture et échangeons nos réflexions : La vraie joie se transmet à tous, même à des inconnus qui sont invités à l’accueillir et à l’amplifier en l’offrant à d’autres ». La joie est une source indispensable dans la vie ; elle touche le corps, le cœur et l’esprit. Elle enflamme la foule lors de manifestations sportives. Elle peut nous enflammer lors de rencontres de groupes de partage (par ex. à Vie Montante), mais aussi lors de récollections, retraites, pèlerinages… Pour mieux comprendre : Ecoutons la Parole de Dieu :  Luc 10, 17-18, 20-24 Extrait : Les 72 disciples revinrent dans la joie (ils avaient été envoyés dans les villes où Jésus allait se rendre et étaient heureux du travail missionnaire accompli). Jésus leur dit : « Réjouissez-vous de ce que vos noms soient inscrits dans les cieux ». Jésus exulta sous l’action de l’Esprit Saint et loua son Père… Nous répondons aux questions de la brochure sur cette Parole :

C’est quoi le Ciel pour vous ? C’est la joie, l’amour. C’est vous, c’est toi, c’est moi. Seul, on n’est rien. C’est notre avenir spirituel. C’est la connivence parfaite avec Jésus, quelque chose vers quoi on tend ; c’est un état d’âme, de communion. Quelle action ou activité, quel événement, vécus en groupe ont pu déclencher la joie ? Naissance, baptême, communion solennelle, mariage, excursion (par ex. à Soignies grâce à la beauté du lieu), pèlerinage à Lourdes (tous unis dans une même foi : joie intérieure inégalable), session de groupes de prières, rassemblement charismatique… Y a-t-il des motifs de joie dans ce que vous voyez ou entendez ? En voyant l’intérêt que nous portons à nos échanges en réunion, cela donne de la joie. Immense joie pour notre animateur lors de l’ordination du Père Jean-Michel. Grande joie en voyant parfois la solidarité entre personnes valides et non-valides. Mettons-nous en marche, agissons : Pour que fleurisse la joie, je décide : De partager, de fraterniser avec tous ceux que je rencontre, de prendre des attitudes susceptibles de créer un terrain propice à la venue de la joie : attention, présence, confiance, bienveillance, gratuité, gratitude, persévérance, amour, amitié… Lecture : La Joie de l’Evangile est une joie missionnaire : Transmettre la Bonne Nouvelle c’est la vocation de tout baptisé. St Paul écrit : « Annoncer l’Evangile c’est une nécessité qui m’incombe ». Soyons des témoins, des porteurs d’Amour et de Joie, soyons les porte-voix de Jésus.  Ensemble, nous prions puis nous partageons des moments de convivialité.

 BTT04

Annie Claisse

 

 

 

 

« Le bonheur est généralement discret, silencieux. Il apparait rarement au milieu des fêtes et des bruits, des richesses et des parures. Il se dissimule plutôt dans la satisfaction du devoir pleinement accompli, dans les menus plaisirs et les minimes joies d’une existence qui ne va jamais sans sacrifices » Auteur inconnu.

 

 


 

Récollection Vie Montante Gilly 2017

 BTT03

Les groupes Vie Montante de Gilly et de Châtelet se sont réunis le lundi 8 mai 2017 à l’Abbaye de Soleilmont. Monsieur l’Abbé Jean-Luc Deblaere nous a présenté une personnalité locale à célébrer et à remercier en ce jour  de victoire et de fin de la seconde guerre mondiale. « Pierre Harmignie  fidèle ouvrier de l’Evangile. » Il a en effet donné sa vie comme Jésus  pour que « la paix règne dans le monde et que les hommes s’aiment  entre eux. » Il est né le 4 avril 1885 à Mons. C’était un samedi-saint. Fils d’Alphonse Harmignie et Adèle Lelong, il est baptisé le lendemain, 5 avril 1885, jour de Pâques, en l’église Saint-Nicolas. Au souvenir de la résurrection glorieuse du Christ, son âme accueillit avec la grâce baptismale la splendeur de la vie divine et l’exaltation de la joie nourrie de l’amour de Dieu. Son prénom : Pierre marque déjà sa vie. Il se sent appelé comme le disciple de Jésus à poursuivre la mission du Christ. « Pierre, tu es pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. » Dès son enfance, il est reconnu comme ayant du caractère, mais bon travailleur, intelligent et ayant beaucoup de mémoire, très éloquent. Sa jeunesse s’est épanouie dans une famille chrétienne où il apprit les valeurs de l’accomplissement du devoir, du dévouement aux plus nobles causes, de fidélité au service de Dieu. De son père, il garda l’honnêteté, l’intégrité le désintéressement, l’aide aux déshérités, la défense du droit et de la justice. De sa mère, il obtint la tendresse de l’amour de Dieu, la bonté, la prière, l’abnégation dans l’épreuve. Caractère enjoué, décidé et franc, il conquit la sympathie de ses condisciples lors de ses très brillantes études au collège St Stanislas à Mons puis à la faculté de philosophie et lettres à Namur et à celle de droit de l’université catholique de Louvain. En 1906, il est proclamé docteur en droit. Ayant entendu l’appel de Dieu, il renonce à la carrière du barreau pour entrer au Séminaire Léon XIII à Louvain. Le 24 juillet 1910, il est ordonné prêtre à Tournai. En 1911, il est docteur en philosophie. En 1913, on lui confie la mission de chargé de cours à la faculté de philosophie et lettres. Dans cet enseignement se reflétaient les qualités de sa personne. Certains étudiants l’appréciaient en tant que prêtre lorsqu’ils venaient lui confier leurs soucis, leurs doutes. Il les encourageait, les conseillait, calmait leurs inquiétudes, les menait à l’amour de Dieu et à la charité. Il avait l’esprit ouvert aux nécessités de notre temps. Quand éclate la guerre en 1914, il devient ambulancier à l’hôpital Saint-Thomas d’Aquin à Louvain. Après la guerre, il fut nommé professeur à la faculté de philosophie et lettres. Il y apprit l’oubli de soi, l’un des traits marquants de sa personnalité. Tel devait être aussi le trait suprême de sa mort. Ainsi, il a suivi son Seigneur jusque dans l’extrême sacrifice de sa vie. Le 21 février 1938 : Mgr Rasneur le nomme curé-doyen de Charleroi. Son Installation se produit le 6 mars suivant. Au cours de l’eucharistie, il remercie Dieu et son évêque de lui avoir donné tant d’âmes à aimer et à servir à Charleroi. Il prie ses ouailles de remercier Dieu pour leur avoir envoyé un successeur au doyen décédé un mois plus tôt. Il se compare à Pierre qui jette son filet de pêche sur ordre de Jésus alors que toute la nuit il n’a rien pris. Il se confie aussi à Marie, Notre Dame au rempart. C’est peu de temps après l’Assomption de la Vierge qu’elle viendra le chercher pour le conduire auprès du Père.  Pierre Harmignie fut considéré comme un père pour ses paroissiens et ses Vicaires. Il fut aussi avocats conseil de tous grands et petits, riches et pauvres. Ces derniers étaient au centre de ses préoccupations. Il conduisait personnellement les convois funèbres des indigents. Il donna aussi de façon discrète aux nécessiteux. En mai 1940, alors que toutes les autorités civiles ont déserté devant les envahisseurs allemands, l’armée française s’est retirée, la population fuit en panique en souvenir des tueries de la première guerre mondiale, le Doyen Harmignie reste à son poste. Il fera partie du Comité qui administrera la ville de Charleroi pendant la 2e guerre mondiale. Dès qu’il eut la promesse que le passage des troupes allemandes se ferait dans le calme et sans pillage, il alla trouver les commerçants pour leur annoncer la bonne nouvelle. Il s’improvisa aussi boulanger. Il travailla aussi à la Clinique. Il réussit à protéger les cloches que les Allemands voulaient enlever par sa foi en Marie, Notre Dame des remparts. Malheureusement, il ne réussira pas à embellir la chapelle avant son décès. Le 17 août 1944, Il passa d’abord 3h. en prière devant le tabernacle. Il était heureux comme jamais et se sentait proche de Dieu. Son visage était illuminé. La providence l’avait préparé au rôle qu’il allait remplir cette nuit-là auprès de ses compagnons d’infortune. Vers 2 heures 45 du matin, il fut réveillé par la police allemande sans savoir pourquoi. En fait, la veille, la famille Englebin fut tuée (bourgmestre rexiste de Charleroi.) Ceux-ci ont donc voulu se venger. Il fut emmené dans leur local rue du Parc. Il y retrouva une douzaine d’autres personnes arrêtées avant et après lui. On leur ôta les chaussures, on déchira leurs vêtements, on les roua de coups sauf les femmes. Après un certain temps, on les emmena dans un camion. L’Abbé comprit ce qui les attendait, il se mit à préparer à la mort ses compagnons de malheur. Il leur a fait comprendre le sort qui les attendait avec patience et bonté. Il les a amenés à offrir leur vie pour la Patrie et à mourir avec sérénité. Il les réconforta et les invita à prier et à pardonner à leurs bourreaux. Ils furent débarqués à Courcelles dans une maison. Là, il confessa ses compagnons et leur donna l’absolution. Puis un allemand vint les chercher. 19 personnes innocentes furent abattues avec cruauté, lâcheté, sang-froid et une joie diabolique. Il passa le dernier la porte vers la mort. 2 balles l’atteignirent dans la nuque puis, quelqu’un déchargea sa mitraillette sur son visage. Un autre encore pris de rage se rua sur lui et le perça de sa baïonnette dans la poitrine à 2 endroits différents. Ils jetèrent son corps dans un fossé. Les corps restèrent là jusqu’à 11heures lorsqu’un camion réquisitionné par le commissaire de police de Courcelles les emmena à la morgue. Le 19 août, son frère vint reconnaître le corps qui avait été toiletté par les religieuses de la charité. On l’enterra dans l’intimité dans un caveau d’attente à Courcelles. Mais le 22 octobre, le corps du chanoine revint à Charleroi sous un ciel gris, triste et funèbre. La foule se pressait sur les trottoirs silencieuse et recueillie. L’émotion est à son comble lorsque le cercueil entre dans la chapelle Notre-Dame aux remparts où la vierge semble lui sourire. Le bon peuple défile maintenant en rangs serrés jusqu’à la nuit tombée devant son cercueil en récitant le chapelet. Le mardi 24 octobre, de grandioses et solennelles funérailles sont organisées pour son vénéré pasteur. A la foule anonyme, se mêlent des personnalités de la haute administration, de la politique, des œuvres, du barreau, de la magistrature, de l’armée, de l’industrie, des affaires pour lui rendre un dernier hommage. Son corps est transporté à l’église St Christophe où l’attend le cardinal Van Roey pour les funérailles. Après les absoutes, le cortège se reforme pour gagner le cimetière de Charleroi. Une foule immense des enfants des écoles et des paroissiens du Faubourg prennent la relève pour accompagner la dépouille du prêtre martyr. La journée s’est terminée par une messe d’action de grâce en sa mémoire

.

 

 BTT02

 


 

Récollection diocésaine à Mesvin

Invitation à tous les membres et amis de Vie Montante

Le jeudi 5 octobre 2017 

 

Adresse : 457, Chaussée de Maubeuge, 7024 CIPLY Téléphone : 065 35 15 02 

Thème : Etre bon comme Dieu est bon.                                                     BTT01

Conférencier : Père Sébastien Falque 

Horaire

09hr30 : Accueil

10hr00 : Présentation du Père Sébastien Falque 10hr05 : Première conférence suivie de 30’ d’intériorité

11hr45 : Café

12hr00 : Echange

12hr15 : repas

14hr00 ; Seconde conférence suivie de 30’ d’intériorité

15hr30 : eucharistie

Participation à la journée avec un repas complet : 20€ 

ou avec votre repas piquenique à 9€ (potage compris.)

Les conseillers spirituels sont invités à se munir d’une étole blanche et d’une aube.

Inscription : auprès de votre responsable de groupe ou auprès de notre secrétaire diocésaine

Madame Marie-Louise Thomas

soit par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.;  soit par téléphone : 071/ 30.91.70 

Les inscriptions se clôtureront le 18 septembre 2017 au plus tard.

Au plaisir de se revoir.

Amicalement vôtre.

Le bureau diocésain.

 


 

Semeur de sourires

 

Seigneur,

fais de moi un semeur de sourires.
Qu'ils soient rieurs et jamais ironiques,
radieux et jamais dédaigneux,
accueillants et jamais fermés.

Appauvris-moi, Seigneur,
de mes amertumes
et enrichis-moi de tes sourires.
Fais-moi riche de sourires
qui créent le bonheur.
Enrichis-moi de la joie
de faire naître des sourires.

Donne à mon sourire
le miracle d'apporter
un peu de force aux affaiblis
un peu de confiance aux désespérés,
un peu de bonheur aux isolés.

Seigneur, je Te prie,
habite mon visage et mon cœur.

                                                                                                                                             Prier.be

 

Pour télécharger le Bulletin dont sont extraits les articles ci-dessus, cliquez sur l'icône logpdf