Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le thème de l'année 2011-2012:

 

br201112a

 

 

Des coquines bien têtues !

 

Elle était tombée, lentement, longuement, obstinée, durant des heures.

Et peu à peu, les arbres, les plantes, les fleurs avaient revêtu leur blanc manteau. La neige prenait ses quartiers d’hiver.. (Une neige qu’on croyait lointaine, là-haut sur les sommets, une blanche apparition entre les rochers et les alpages. Mais cette fois, elle est descendue, froidement, inexorablement, elle s’est imposée sans ménagement. Son blanc manteau s’est étendu sur le paysage, se modulant au gré des vallonnements. )

Et puis voilà qu’une nuit, en silence, elle est tombée à nouveau, longuement, lentement. Elle s’est accumulée. Le tapis s’est fait épais. Il pesait lourdement sur toute la végétation qui semblait bien anéantie. Plus aucun signe de vie ne pointait son regard.

Et puis regardez comme la neige en plus a durci. C’est devenu de la glace. Dure, hermétique, lourde.

Cette fois, c’en est fini du foisonnement de la nature, des fleurs, des feuilles, des touffes d’herbe et des pelouses verdoyantes. La neige, si fine, si légère a eu raison de toute la végétation. Elle est faible, mais têtue.

Eh bien, il y a plus têtu que la neige et le froid et l’hiver. Regardez ces 2 tiges impertinentes. Elles ne se laissent pas dominer par ce qui paraissait inexorable.

Sous le couvert du blanc manteau, en silence, ces deux coquines ont puisé dans la terre la vie, la force, l’espérance de la lumière.

Et puis, fortes de la vie qui est en elles, elles ont bravement attaqué ce manteau qui semblait définitif.

Elles l’on transpercé, traversé et les voilà ces mutines, indifférentes au froid, à la neige qui devrait leur interdire la vie, elles se dressent, fragiles et victorieuses.

Elles sont fortes d’une espérance têtue qui n’a pas voulu voir le poids inexorable, ni éviter le froid carnassier. Elles sont parties au-delà de la barrière ce ce manteau blanc pour venir à notre rencontre.

Elles nous disent : Ne désespérez jamais ! Une espérance têtue ne baisse pas les bras.

 

 

Présentation

 

« L’espérance têtue », voilà un thème qui va étonner plus d’un membre de la Vie Montante.

D’habitude lorsque nous disons de quelqu’un qu’il est têtu, c’est plutôt dans un sens péjoratif, nous voyons une personne obstinée, peu ouverte au dialogue, à l’ouverture et au changement. Mais nous pouvon

s aussi porter sur cette personne un autre regard : celui d’une personne fidèle à sa vision de la vie du monde, patiente, persévérante, courageuse, malgré tous les obstacles. Nous vivons dans un monde où l’espérance est continuellement mise à mal et nous avons de multiples occasions de désespérer de nous-mêmes, des autres et de Dieu.

L’équipe de préparation a d’abord cheminé avec les deux disciples d’Emmaüs complètement découragés et désespérés au soir de Pâques. Un inconnu les rejoint, leur parle. Celle que le poète Charles Péguy, appelait : « la petite soeur espérance » commence à se réveiller et à brûler en eux jusqu’au moment où, grâce à l’éclairage de la Parole de Dieu et du Pain partagé, leurs yeux s’ouvrent, et ils le reconnaissent.

A partir de là, rien ne pourra plus jamais détruire l’espérance face aux défis lancés aujourd’hui à la famille et à l’Eglise, face à l’ultime échéance de la mort. Mais le chrétien ne devra jamais oublier de nourrir l’espérance pour qu’elle résiste à tous les obstacles et reste vraiment têtue.

Pendant son travail, l’équipe de préparation s’est beaucoup laissé interpeller par la parole de saint Paul : « Soyez joyeux dans l’espérance, patients dans la détresse, persévérants dans la prière ». (Romains 12 v. 12)

Comme d’habitude, les étapes du thème et les questions sont à utiliser selon la sensibilité des équipes.

Bonnes réunions.

 

L’équipe helvético- Belge
Robert Henckes, Michel Demont
Bernard Rey-Mermet, Sébastien Falque
François Jacot, Blanche Bovet
Suzanne Wollaert, Charly Guinand

 

 

Message spirituel

 

Cette année, nous sommes invités à nous dire les uns aux autres ce qu'est pour nous l'espérance. Livrer son vécu, lors d'une réunion, c'est non seulement exister, mais encore entrer en relation.

Ce dialogue entre nous est important car si jadis on procédait par enseignement, aujourd'hui c'est l'expérience personnelle qui fait passer le message évangélique. Si nous prenons le temps de regarder notre vie, nous aurons la joie d'y découvrir de multiples expériences spirituelles : une lumière intérieure qui nous fait adhérer à une parole de Jésus, une force neuve pour affronter une difficulté, un réconfort dans une épreuve et surtout la paix de Dieu qui nous fait prendre au sérieux la Bonne Nouvelle. Toutes ces expériences nous disent et nous révèlent l'action de Dieu. Remarquons bien que ces moments de grâce nous sont donnés  gratuitement. Ils sont remplis de joie, de paix, d'énergie. Ils nous font grandir si nous les accueillons activement. Faire notre histoire sainte c'est finalement découvrir comment Dieu nous a tissés, façonnés tout au long de notre vie.

Dès lors, prenant conscience que Dieu s'occupe de moi, je ne vois pas pourquoi il s'arrêterait d'agir. Même si parfois je ne sens rien, mon expérience de Dieu me dit avec force qu'il prend soin de moi. Il me fera entrer dans son Royaume. C'est son action. Aussi je lui dis mon espérance et je sais que je ne serai pas déçu.

Cette espérance personnelle et singulière peut aussi devenir celle d'un groupe, de nos groupes de vie montante. Nous pouvons ensemble découvrir comment Dieu nous conduit et suscite en nous des comportements, des missions pour l'Église et le monde. Alors, prions les uns pour les autres, afin que la paix de Dieu fasse de nous des hommes et des femmes pleins d'espérance.

Sébastien Falque
Conseiller Spirituel National belge

 

 

 

Comme chaque année, la brochure se divise en 6 chapitres

 

I. L’ESPÉRANCE MISE À MAL

Dans un monde où l’espérance est mise à mal de multiples manières, nous voulons en prendre conscience, et par nos partages, nous laisser interpeller.

 

II. S’AIMER SOI-MÊME

Dans des moments de découragement, découvrir le chemin qui m’a permis de retrouver l’espérance.

 

III. L’ESPÉRANCE PARTAGÉE

Nous avons à partager l’espérance qui est en nous ; notre groupe et notre vie en Église doivent nous y aider.

 

IV. L'ESPÉRANCE FACE AUX DÉFIS DE LA FAMILLE ET DE L'ÉGLISE

Dans une société en mutation, la famille et L’Eglise vivent des défis auxquels notre vécu veut apporter une lumière.

 

V. L’ESPÉRANCE FACE À LA MORT

Apprendre à traverser nos deuils.

 

VI. L'ESPÉRANCE NOURRIE

Nous voulons nourrir notre espérance pour qu’elle puisse affronter les épreuves de la vie.